le Biou

Présentation

Le Biou est une fête annuelle, viti-vinicole et populaire, d’origine religieuse se déroulant dans la ville d’Arbois dans le vignoble jurassien.

Il a lieu le week-end du premier dimanche de septembre, moment proche des vendanges. Le dimanche est le jour de la fête patronale (Saint Just est le patron de la paroisse).
Le biou, sans majuscule, désigne l’objet particulier qui est conçu pour cette fête : la grappe géante composée de grappes de raisins blancs et noirs, ordonnées en bandes alternées et accrochées sur un moule de paille recouvert d’une armature métallique.

Une fête ancestrale

Les premières mentions du biou figurent dans les délibérations du conseil de ville, datées du 9 septembre 1665 et du 31 août 1666. Les gardes-fruits (vignerons désignés chaque année par l’autorité municipale pour assurer les fonctions de police temporaire) offraient deux biou au moins, le jour de la fête patronale, l’un devant la statue de saint Just, l’autre devant l’autel de saint Vernier, patron des vignerons.

Le Biou a su résister à l’anticléricalisme (1885), à la politisation, à la folklorisation quand en 1933 les porteurs et les membres de l’escorte refusèrent de se laisser costumer en « vignerons d’autrefois », mais aussi aux guerres.

Le Biou aujourd’hui

Aujourd’hui le Biou est organisé par la Société de Viticulture avec le concours de la Fruitière Vinicole d’Arbois et de la municipalité. Cependant, plusieurs acteurs participent, à des degrés différents, à son élaboration et à son déroulement.

Le Biou débute la veille du week-end de fête par un moment non public durant lequel se réunissent quatre vignerons : les porteurs du biou. Ensemble ils définissent ou redéfinissent leurs rôles propres et se concertent sur les améliorations et modifications à apporter à la fête et à son organisation.

Le lendemain matin, le samedi, les vignerons d’Arbois vont individuellement cueillir des grappes de raisins blancs et rouges dans leur domaine pour les apporter à la Maison Vercel.
Le samedi après-midi, les porteurs se chargent de la confection du biou, sous le regard des autres vignerons, des membres de leurs familles, enfants et parents, de proches venus à l’occasion de la fête et d’Arboisiens.

Parallèlement, dans la même pièce, d’autres acteurs composent une couronne de raisins selon un même principe d’assemblage de grappes. Femmes, enfants et personnes âgées se chargent de sa décoration avec des piques ou hallebardes. Le temps de la fabrication est le premier moment de rassemblement intergénérationnel et de retrouvailles entre les Arboisiens, les vignerons. À l’issue de celui-ci, les personnes présentes partagent du crémant du Jura offert par le président de la Société de viticulture.

Le dimanche matin tôt, avant que ne commencent les moments publics, l’un des quatre porteurs du biou part cueillir des pampres dans ses vignes. Ces pampres décorent la couronne de raisins et les piques, mais viennent aussi feuiller le biou. L’horticulteur d’Arbois coiffe le biou de fleurs et de drapeaux et apporte dix-huit bouquets qui seront remis par le président de la Société de Viticulture aux « notables », c’est à dire les personnalités invitées.

A 9h40 commence le défilé du Biou. Devant la Maison Vercel, se forme un cortège dans lequel prennent place les quatre vignerons portant le biou suspendu à un brancard. Ils sont précédés d’un groupe de violonistes, issu de l’école municipale de musique. Tout au long du parcours, ils joueront en ritournelle un répertoire composé de deux mélodies populaires. Le maire et le président de la Société de Viticulture et, à leurs côtés, les personnalités invitées prennent place derrière le biou. Toutes les personnes qui le désirent peuvent se joindre au cortège : des familles et leurs invités, vignerons, groupes d’amis … Les vignerons se distinguent dans le cortège par le port de piques. Deux d’entre eux, en amont, portent des piques aux armes de la ville, ils règlent la cadence du cortège. Les autres l’encadrent.

Le cortège remonte ainsi la ville jusqu’à l’église Saint-Just où le biou est accueilli par le clergé. Entré dans l’édifice, le biou est accroché à un filin, béni par le prêtre et élevé dans le Choeur. S’en suit une messe dans laquelle l’officiant convoque le registre symbolique et biblique assimilant ainsi le biou à la grappe de Canaan (Episode de l’Ancien Testament, où les envoyés de Moïse rapportent une grappe de raisin comme preuve de la découverte de la Terre Promise (Nombres XIII, 20-24)). Aussi, l’accent est mis tout à la fois sur la relation entre l’humain et une surnature, et sur la relation entre les humains, permettant ainsi à chacun, croyant ou non-croyant de se retrouver. Pendant l’office, chaque porteur prononce une « intention de prière ».

Vers la fin de la messe, les porteurs s’éclipsent et se rendent, seuls, dans la sacristie pour y partager brioche et vin, qu’ils apportent chaque année à tour de rôle.
Les membres du cortège ne participent pas tous à la cérémonie religieuse. Certains rebroussent chemin à l’entrée de l’église ou attendent l’élévation de la grappe pour sortir. D’autres assistent à l’office, lui conférant un caractère religieux ou simplement culturel. À la sortie de la messe, les bouquets donnés aux invités sont déposés au monument aux morts, second lieu de cérémonie de la fête.

Retour est fait ensuite à la Maison Vercel où prend corps un second cortège derrière la couronne de raisins, portée par deux jeunes vignerons coopérateurs de la Fruitière Vinicole. Précédée d’une fanfare marchant au pas de sa musique, la couronne est suivie de porte-drapeaux, des pompiers de la ville, puis des représentants politiques : le maire, le président de la Société de Viticulture, le préfet du département, les représentants de la Région et du conseil général du Jura, un des membres du conseil municipal des jeunes. Les personnes qui le désirent (habitants, vignerons) participent au défilé. Il est également possible d’assister à ce défilé, comme à celui du biou, en simple spectateur dans la rue ou depuis sa fenêtre.

Le défilé se dirige cette fois au monument aux morts auquel la couronne est accrochée et où des gerbes sont déposées.
Le maire prononce là un discours, pour une part commémoratif. Le moment public de la fête du Biou se clôt par un vin d’honneur offert à l’ensemble des participants par les vignerons arboisiens. Il se déroule dans un lieu public de la ville : un square ou une rue.

À Arbois, le repas de ce jour du Biou est festif et familial. On y convie les amis proches.

Partagez cette page :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email
Aller au contenu principal